987 Views |  6

Se réinventer – Création de “Women ST(ART)”

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

 

La vie est un voyage pendant lequel nous pouvons emprunter différents chemins. Ce voyage peut être déterminé ou conditionné par plusieurs éléments comme notre parcours professionnel qui est un élément clé dans notre épanouissement personnel et notre équilibre de vie. Il suffit de ne pas se sentir bien dans un emploi ou de ne plus trouver de sens dans ce que l’on fait et tout cet équilibre peut se trouver ébranlé jusqu’à mener à l’échec ou à la frustration, voir la dépression quand cette situation dure. Il y a cinq ans, j’ai quitté délibérément une carrière de cadre entamée après la fin de mes études et ce fut paradoxalement à la fois un soulagement et le début d’une remise en question profonde de toute ma vie, de mes choix, de ce que je suis avec l’incompréhension totale de mes proches. À ce moment je n’avais ni l’envie ni la possibilité de répondre à ce questionnement inédit et à la question récurrente : « Que vas-tu faire maintenant ?»
J’avais le sentiment d’être bloquée, je m’en voulais d’être bloquée et je ne comprenais pas pourquoi j’avais l’impression d’être dans une lutte qui me consumait à petit feu.
La seule chose que je savais c’est que je ne voulais plus reprendre une vie de cadre dans un bureau aussi respectable soit-elle car pour moi celle-ci n’avait aucun sens et elle m’avait menée vers une anxiété et une tristesse profonde et permanente ! Avoir un bon salaire, un plan de carrière à l’international, un bon retour sur mon travail, tout cela n’avait plus aucune importance pour moi.C’était tout simplement comme avancer à contre-courant. Je sentais que quelque chose était en train de « mourir » à l’intérieur. Un sentiment douloureux, un sentiment difficile à accepter. Avoir tout mais ne pas se sentir en cohérence avec soi.

Pendant de longs jours et de longues nuits, je suis rentrée dans une introspection pendant laquelle je ne savais pas ce que je désirais faire de ma vie ni comment j’allais faire pour retrouver la lumière, de l’envie, la joie et le sourire. Pendant plusieurs jours, j’ai douté de tout, de moi, de ma relation avec les autres, de ma relation avec mes proches, de ma perception de la vie, de ma spiritualité. C’était la tempête.
Une véritable crise existentielle pendant laquelle ma voix intérieure n’a pas cessé de me dire que tout ce que je voulais c’était quitter Paris dès que possible pour voyager et aller me perdre ou me retrouver sous d’autres cieux. Mon urgence côtoyait le désespoir et j’ai ainsi perdu confiance en tout et surtout en mes capacités. Mes études à la Sorbonne ne m’étaient ici en rien utiles pour m’aider à trouver ma nouvelle voie autrement, ni me sentir en paix. Avec du recul, je pense que je ne comprenais pas vraiment ce qu’il m’arrivait, souvent emportée dans mes larmes. J’avais besoin de m’élever et de me libérer. Mon seul refuge naturel était la lecture. Mes nombreuses lectures et l’écriture m’apportaient de l’apaisement et du calme dans mon tourbillon intérieur pendant la traversée du désert. C’est à cette période que j’ai commencé à m’intéresser au développement personnel et notamment à son approche anglo-saxonne avec des lectures rayonnantes tel que le bestseller international « Le pouvoir du moment présent » d’Eckhart Tolle. D’ailleurs, je faisais toutes ces lectures en anglais car lire dans une autre langue que le français ça me permettait déjà de m’éloigner, de voyager. Paradoxalement, je me sentais coupée de toute inspiration mais ma plume était d’une telle fluidité que je pouvais écrire pendant des heures. L’écriture n’était pas un exutoire mais une impérieuse nécessité pour me sentir avancer jusqu’à prendre conscience que ce je vivais me demandait inévitablement une mutation, une transformation à laquelle j’avais résisté trop longtemps. La résistance expliquait mon sentiment d’être bloquée et inassouvie.

Avec les jours j’ai commencé à me reconnecter avec ce que j’avais ignoré ou inconsciemment occulté pendant plusieurs années : ma véritable vocation. Renouer avec mon âme me permettait d’admettre que je devais rediriger mon futur, me réinventer. Mon insatiable curiosité me disait que je voulais observer, écouter, voyager, rencontrer les gens, écouter leurs histoires et écrire pour mettre tout cela en lien, en relation et le partager. Je me sentais ainsi en cohérence avec ce que je voulais faire depuis longtemps, avec ma différence. Cela n’a pas été facile et a pris du temps et mon dessein à commencer par se concrétiser avec L’Eclectique et au fil des rencontres il évolue pour s’enrichir.  Aujourd’hui j’encourage vivement les femmes  à s’autoriser de vivre pleinement leur créativité en devenant entrepreneure mais aussi pour leur développement personnel. C’est pourquoi j’ai crée le programme de mentoring “Women ST(ART)”

Se réinventer demande beaucoup de courage, d’énergie et requiert souvent de prendre le chemin le moins fréquenté, le moins évident pour poursuivre le voyage dans la création et la réalisation de ses rêves, de ses aspirations les plus profondes. Changer de vie pour suivre son appel implique d’accepter et d’assumer sa différence, de se libérer d’un nombre de conditionnements, de se réinventer et de recréer. Il n’y a rien de permanent sauf le changement.
Je partage mon expérience personnelle dans cet article car pour moi le bonheur de se sentir vivre pleinement et en cohérence n’a pas de prix ! Il n’y a pas qu’un seul chemin dans le voyage de la vie et la transformation de soi c’est avant tout un état d’esprit.

article publié le 13 mai 2016 puis modifié le 22 février 2017.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone
Sarah Anouar
Journaliste & rédactrice indépendante, Travel & Culture Writer

Fondatrice de L'Eclectique, subjuguée par l'écriture, les voyages, la Movida d'Espagne & l'anglais. Empowerment Coaching - He(art)
Auteure du roman "Subjuguer me fascine"
"Two roads diverged in a wood and I - I took the one less travelled by and, that has made all the difference" - Robert Frost