Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

L’Eclectique vous propose de découvrir Alger, capitale de l’Algérie, une ville si peu connue à travers les photos d’Andrew Farrand, expatrié américain de 30 ans. Passionné de photos et de voyages, Andrew partage son coup de cœur pour cette ville, sa curiosité du monde et ses découvertes à travers ses expériences de vie dans des pays étrangers sur son très beau blog Ibn Ibn Battuta lancé il y a plus de dix ans. Dans un style direct, libre et enthousiaste, Andrew révèle sa passion pour l’écriture et la découverte d’autre cultures. Escale dans les rue d’Alger avec la sélection de photos d’Andrew Farrand qui  se présente dans le texte suivant:

Andrew Farrand, Place de l’Emir Abdelkader, centre d’Alger

Andrew Farrand, Place de l’Emir Abdelkader, centre d’Alger

“Originaire de la ville de Baltimore, sur la côte est des États-Unis, j’ai étudié les relations internationales à l’Université de Georgetown, à Washington DC. Durant mes études, j’ai eu l’occasion de cultiver mes passions pour les voyages, les langues étrangères et la découverte d’autres cultures, à travers des séjours dans plusieurs pays, comme le Congo, la Jordanie, la Syrie et la Tanzanie.

En 2004, j’ai lancé mon blog Ibn Ibn Battuta qui tire son inspiration, comme son nom, du célèbre voyageur marocain Ibn Battuta. Jusqu’à aujourd’hui, je publie mes réflexions diverses sur mes voyages et la vie quotidienne dans les pays où je vis et travaille dans la coopération internationale et le consulting. J’ai résidé au Maroc en 2008-09 et je suis en Algérie depuis 2013. Dès mon installation à Alger, je suis tombé amoureux de la capitale algérienne, ville de merveilles architecturales, de riches traditions et d’un mélange culturel sans pareil. Les jardins fleuris et les passages secrets, le tout si peu connu du monde extérieur. Aux Etats-Unis comme ailleurs, il est très rare de rencontrer quelqu’un qui a mis le pied à Alger. Je me considère comme privilégié de pouvoir habiter ici. Ce coup de foudre pour Alger m’a inspiré en encourageant ma créativité artistique. Photographe amateur depuis mon adolescence, j’ai fait mes premiers pas dans la photographie argentique, avec un Rolleicord 1951 que j’ai hérité de mon père et qui a rapidement remplacé mon appareil numérique. Ces photographies argentiques, avec leurs couleurs incomparables, distinguent mon blog. J’adore créer mes images “nostalgiques”, et surtout dans un pays comme l’Algérie qui apprécie si profondément son histoire et la considère comme un patrimoine vivant.”

Texte d’Andrew Farrand

Blog Ibn Ibn Battuta & Compte instagram Ibn Ibn Battuta

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone